Le changement climatique est considéré comme un risque systémique en raison de sa capacité à affecter de manière interconnectée et généralisée divers systèmes naturels, sociaux et économiques à l’échelle mondiale.

Le réchauffement climatique, d’origine principalement humaine, a déjà entraîné une augmentation moyenne de la température de surface du globe de 1,1°C par rapport à l’ère préindustrielle. Malgré les objectifs de l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement en dessous de 2°C voire 1,5°C, les projections du GIEC sont alarmantes, annonçant un dépassement du seuil critique de 1,5°C dès le début des années 2030. Concrètement, le changement climatique implique une augmentation de l’intensité et de la fréquence des évènements climatiques extrêmes : canicule et augmentation des températures, sécheresse, inondation, tempêtes et ouragans, feux de forêts… mais aussi des évènements climatiques sur le long cours : acidifications des océans, élévations du niveau des mers et érosion côtière, Dégradation des sols, Perte de biodiversité… Le climat est un système complexe qui interagit avec d’autres systèmes naturels tels que les océans, les glaciers, les écosystèmes terrestres, et la biodiversité. Le changement climatique perturbe ces systèmes de manière interconnectée, entraînant des effets en cascade. A terme, de nombreuses analyses notamment celle de la NASA, pointent des zones qui seront inhabitables à moyen terme à cause de températures trop élevées, pénuries d’eau et déclins des rendements des cultures, impact sur l’agriculture et l’élevage et risques accrus pour la sécurité alimentaire, ce qui contribuera à des migrations de population d’origines climatiques.

Le changement climatique influence également les systèmes sociaux et économiques, tels que l’agriculture, la santé publique, les infrastructures, et la sécurité alimentaire. Le changement climatique ne connaît pas de frontières nationales et ses effets peuvent se faire sentir à l’échelle mondiale. Par exemple, les tempêtes tropicales et les sécheresses peuvent entraîner des conséquences qui dépassent les frontières nationales, affectant les économies et les populations de plusieurs pays. A titre d’exemple, la sécheresse de 2021 a Taïwan a entrainé une baisse de la production de semi-conducteur, très consommatrice d’eau. La pénurie mondiale, alors déclenchée, entraina la mise à l’arrêt d’une usine PSA en France. En raison de sa complexité et de ses multiples interactions, le changement climatique est associé à une grande incertitude quant à ses impacts futurs. Cela rend les sociétés et les économies plus vulnérables aux risques potentiels, car elles doivent faire face à des scénarios climatiques imprévisibles ayant des impacts sur toute la chaine de valeur industrielle.

Face à ce défi complexe, deux stratégies complémentaires émergent à l’échelle mondiale : l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. L’atténuation implique de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de limiter la pression des activités humaines sur les ressources planétaires, tandis que l’adaptation vise à préparer les infrastructures et les sociétés à un climat différent.
En découlent de ces stratégies une série d’impacts indirects qui façonnent profondément notre société et notre économie. Sur le plan géopolitique, les conséquences sont multiples et complexes. La transition vers des sources d’énergie bas carbone et la sortie progressive des énergies fossiles sont des éléments cruciaux de la lutte contre le changement climatique. Cependant, cette transition suscite de nouvelles concurrences technologiques et des tensions géopolitiques autour de l’accès aux ressources nécessaires, telles que les minéraux pour les batteries de véhicules électriques. De plus, les changements climatiques peuvent exacerber les conflits liés aux ressources naturelles, tels que l’eau, et déclencher des migrations forcées de populations confrontées à des conditions environnementales devenues inhospitalières. Sur le plan réglementaire, de nouvelles lois et réglementations en faveur de l’environnement voient le jour, imposant des contraintes de plus en plus strictes aux industries. L’obligation d’adopter un bilan carbone, les directives sur l’industrie verte et le devoir de vigilance en matière environnementale deviennent des normes incontournables pour les entreprises souhaitant s’adapter à cette nouvelle réalité. En parallèle, l’innovation et la réponse technologique jouent un rôle crucial dans la transition vers une économie plus durable. Le développement des énergies renouvelables, la transition énergétique et l’électrification de la mobilité sont autant d’exemples de cette réponse technologique aux défis climatiques. Enfin, les changements comportementaux, tant au niveau des entreprises que des individus, deviennent essentiels. Les entreprises cherchent à décarboner leurs activités, à adopter des pratiques d’économie circulaire et à intégrer les critères environnementaux dans leur stratégie. De même, les individus expriment une conscience climatique croissante, s’engageant dans des actions collectives et modifiant leurs modes de consommation vers plus de sobriété et de durabilité, ou encore en recherchant des emplois compatibles avec leurs valeurs environnementales et délaissant les entreprises les plus polluantes..
En somme, le changement climatique ne se limite pas à un enjeu environnemental, il impacte profondément les dynamiques géopolitiques, réglementaires, technologiques et comportementales de notre société, exigeant des réponses concertées et innovantes à tous les niveaux.

Impacts potentiels

  • Augmentation et intensification des évènements climatiques extrêmes
  • Migrations climatiques
  • Vulnérabilité des infrastructures et des chaines de valeur
  • Risques accrus pour l'approvisionnement en énergie
  • Augmentation de l'incertitude économique et sociale due aux impacts imprévus du changement climatique
  • Nouvelles normes et réglementation en faveur de l'environnement et du climat
  • Changement dans les facteurs psychologiques des collaborateurs (sens au travail, éco-anxiété, attractivité…)
  • Assurabilité des risques climatiques
  • Tensions géopolitiques liées aux technologies bas carbones

Hypothèses et scénarios

  • Et si demain, la fréquence et l'intensité des événements climatiques extrêmes augmentaient considérablement : Comment votre entreprise s'adapterait-elle pour protéger ses infrastructures et assurer la continuité de ses opérations ? Quelles mesures de résilience devraient être mises en place pour sécuriser les chaînes d'approvisionnement ? De quelles manières votre stratégie de gestion des risques évoluerait-elle pour anticiper et atténuer ces impacts ?
  • Et si demain, les risques d'approvisionnement en énergie augmentaient en raison des tensions géopolitiques et des impacts climatiques : Comment votre entreprise pourrait-elle diversifier ses sources d'énergie pour garantir la stabilité de l'approvisionnement ?
  • Et si demain, les technologies bas carbones devenaient une source majeure de tensions géopolitiques : Comment votre entreprise pourrait-elle sécuriser l'accès aux matériaux critiques nécessaires à ces technologies ? Quelles alliances stratégiques internationales pourraient être nécessaires pour naviguer dans ce paysage géopolitique complexe ?
  • Et si demain, les infrastructures et les chaînes de valeur devenaient de plus en plus vulnérables aux aléas climatiques : Quels investissements en infrastructures résilientes seraient prioritaires pour votre entreprise ? Comment pourriez-vous diversifier vos chaînes d'approvisionnement pour réduire les risques liés aux perturbations climatiques ?

Signaux sur le sujet